Notre Mère la Guerre T.1 de Kris et Maël

Publié le par Mo'

Notre Mère la Guerre

Première complainte

Scénario : Kris

Dessin : Maël

Couleurs : Maël

Editeur : Futuropolis


Janvier 1915, alors que la guerre fait rage et que des milliers de soldats tombent sous les balles ennemies, ce sont trois femmes qui sont retrouvées mortes dans les tranchées avec la particularité d'avoir sur elles une lettre d'adieu écrite par leur assassin. En ce temps de guerre, il n'est pas bon pour le moral des troupes d'avoir un assassin qui court dans les tranchées, alors pour ramener la sérénité une enquête est menée et l'on a trouvé un responsable, le soldat Choffard. Malheureusement, il a été exécuté à tord. On charge alors le lieutenant Vialatte de trouver le meurtrier. Ce lieutenant de gendarmerie n'est pas habitué à ce genre de terrain et le moins que l'on puisse dire c'est que le front va lui réserver quelques surprises.



14-18 est une période aimé par les auteurs BD mais peu arrivent à retranscrire la vie et l'ambiance de cette
guerre. Tardi est l'un, voire le seul à dominer ce terrain, alors lorsqu'un nouvel album sur ce thème sort en librairie, il est forcément attendu au tournant.

Avec cette première complainte, Kris nous plonge dans la réalité de la guerre à travers les yeux d'un gendarme de province, pétri de patriotisme et de romantisme. La guerre, il ne l'a connait qu'à travers les poèmes de Charles Peguy comme il ne connait le "petit peuple" qu'à travers "Les Misérables" de Victor Hugo. Il se retrouve au milieu des tranchées boueuses avec des enfants soldats à qui on a promis la liberté en échange de leur sang. Petit à petit cette vision vraie de la guerre va faire vaciller ses certitudes qui ne sont finalement qu'illusion. A défaut de trouver un sens juste à tout cela, il reste la justice à rendre, trouver le criminel, le tueur de femmes, au milieu des soldats.

L'ambiance des tranchées réalisées par Maël est d'un réalisme saisissant, à la limite de vous mettre la boule au ventre. Lorsque vous voyez ces soldats marcher en pleine nuit en direction du front et que vous vous dites que probablement ils ne feront pas le retour... ça fait quelque chose et arriver à retranscrire ça, c'est une belle prouesse de la part de Maël.

"Notre Mère la guerre" est une vraie fausse surprise. Vraie, parce que Kris a réussi avec l'aide de Maël à retranscrire l'ambiance poisseuse, sombre et violente de cette guerre, et fausse, parce que lorsqu'on connait le talent de Kris on était quasiment sûre d'avoir un ouvrage de cette qualité.


Mo'
Images : © Futuropolis - Kris / Maël

Publié dans BD

Commenter cet article

Yotadelatisane 15/10/2009 08:37


je confirme mon premier commentaire... Mélancholique, on n'essaye pas de résoudre un ou plusieurs meurtres dans ce 1er tome, mais les auteurs essaient de nous insuffler la folie de cette 1ere
guerre mondiale, de nous montrer la dureté des tranchées et surtout de nous faire connaitre des tranches de vies, celles de ceux qui certainement ne reviendront pas. Malgré tout, on reste sur sa
faim car malgré le nombre de page, justement, on laisse de côté le coeur même du fil rouge de l'histoire... Même si ce n'est justement que "le fil rouge" on aurait aimé avoir une touche d'info car
finalement ces meurtres sont trop bizarre pour être laissé en suspend surtout si l'on doit attendre un prochain tome.
Je dois dire aussi que ce tome se reserve à un lectorat adulte et pas forcement jeune, et il est dommage justement que ce dessin, que je trouve beau comme une peinture, desserve la connaissance de
la 1ere guerre mondiale moins connu des plus jeunes qui de par les jeux, la télé et l'histoire première connaisse plus simplement la 2e. je ne parle pas d'un dessin type manga non, mais cette album
risque bien de rester sur "l'étagère de papa"...


Yota 09/10/2009 23:18


effectivement, on ressent de par ta chronique une histoire lourde de sens, mélancholique. un bel album en somme.