Encyclopedia Diabolica Tome 1 de C. KOURITA - Edition Ankama

Publié le par Yotadelatisane

Depuis bien longtemps, les yôkai, ou mononoké, occupent une place importante dans le folklore japonais. Ces créatures surnaturelles aux pouvoirs étranges sont intimement liées à la vie des hommes, en ville comme à la campagne. Malgré leur apparence étrange, elles sont parfois cruelles, parfois attendrissantes ou comiques : elles ont un caractère très humain !
L’auteur franco-japonais Christophe Kourita en transpose le concept en France, et nous fait découvrir sa sélection de yôkaï « à la française » grâce au professeur émérite Lafayette, de l’université de Paris.

Ankama a depuis ses débuts l’habitude de sortir des titres que l’on ne trouve pas souvent chez les autres éditeurs. Les voilà qu’ils nous offrent encore une titre absolument inattendu, un ovni comme on les aime, avec de l’originalité, de la subtilité et surtout un graphisme que l’on attendait pas dans ce genre qui se situe entre le manga et la bande-dessinée.

« L’encyclopédie des Yôkai français du Professeur Lafayette, Yôkaiologue de l’université de Paris«  connu aussi sous le nom de   « L’encylopedia Diabolica » (c’est plus court ^^) est une série de chapitres, qui comme son titre l’indique nous informe sur le monde des Yôkai français, ces monstres issus du folklore japonnais que chaque régions de France posséderaient. Raconté sous forme de contes qui se finissent bien ou mal, « Diabolica » permet de se plonger dans les tréfonds de l’âme humaine puisque finalement les Yôkai répondent à nos malheurs ou à nos bonheurs.

Vous pourrez ainsi découvrir « Les sirènes de feu » en Bretagne, qui font échouer les bateaux pour que les habitants des côtes puissent survivre, « La bête à tête humaine » en Val de Loire, qui se joue de nos souffrances, « La Lavandière du Purgatoire » en Bourgogne qui lave nos pêchés… et beaucoup d’autres à l’histoire incroyable, entre folie et espérance…

 

Le dessin du franco-japonais Christophe Kourita fait penser à celui de Shigeru Mizuki (« Kitaro le Repoussant ») mais aussi à des Ukiyo-e (estampes japonaises dont la particularité reste de représenter entre autre des Yôkai entre l’homme et la bestiaire de la mythologie japonaise, de l’ère Edo). L’influence  franco-belge y est aussi bien présente, et le tout forme un style très intéressant à regarder.

 

Cette encyclopédie des Yôkai français est une vraie bouffée de fraîcheur, toujours originale et jamais ennuyeuse, mais nul doute que les fans de shonen risque de bouder ce titre qui reste tout de même accessible pour qui sait regarder ailleurs que dans les pages du « Shonen Jump ».

 

 

 

© Ankama Éditions/Christophe Kourita

Publié dans Manga

Commenter cet article