Interview de François Debois

Publié le par Mo'


Interview de François Debois

scénariste entre autres de Winston hoggart, Héro Academy, Les contes de Brocéliande...




Bonjour François !


Salut Mo’, ça roule ?

Impec' ! Merci Fanch ! Allez on commence par la petite question habituelle : pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux tu nous faire une présentation de toi et de ton parcours ?

J’ai 31 ans, je suis marié et j’ai un fils de 14 mois.
J’ai été nourri aux comics US depuis tout petit (le premier comics dont je me rappelle parfaitement est X-Men 128, ça date !). J’ai toujours eu l’envie de dessiner et d’écrire de la BD, et j’ai participé dans les années 90 à une formidable aventure : Sugar Comga. C’était une association d’auteurs amateurs dont l’objectif était de monter des projets mêlant les styles US / japonais et franco-belge. Cette association ma permis d’enrichir ma technique en échangeant avec d’autres auteurs, et m’a surtout permis de commencer à rencontrer des éditeurs. Je suis alors passé par la phase des grandes désillusions : quand on travaille en vase clos avec d’autres auteurs, on arrive à s’auto convaincre que ce qu’on fait est vraiment super, et le feed-back qu’on reçoit des éditeurs est souvent brutal (mais avec du recul, très légitime et souvent justifié sur le fond).
J’ai quand même continué mon petit bonhomme de chemin et continuant à monter des projets, jusqu’à ce que je rencontre Jean-Luc Istin par l’intermédiaire d’un autre membre de Sugar, Jean-Marie Minguez. Jean-Luc m’a demandé de l’aider à écrire un album pour Jean-Marie, le courant est bien passé, et nous avons démarré l’aventure !!
Comme notre collaboration s’est bien déroulée, JL m’a sollicité sur d’autres projets, et ça a été le début de l’aventure professionnelle.
J’ai ensuite enchaîné d’autres projets chez Soleil, Delcourt et Carabas.


On te connaît via les différents albums que tu as sorti notamment dans la collection Celtic de Soleil dont s'occupe JL Istin.
Est-ce l'univers où tu te sens le plus à l'aise ?


Je suis breton d’origine. Même si je vis aujourd’hui en région parisienne, j’ai toujours été très attaché au patrimoine culturelle et artistique breton.
Toutefois, comme tu pourras le constater, j’aime bien explorer d’autres registres : la SF écolo avec Oxygène, l’épique avec la Quête du Graal, le super héroïsme avec Hero Academy, le Space-Opéra et le polar Steampunk avec de nouvelles séries à venir !
Je me nourris de ces différents univers, et je me cale mon programme de la journée en fonction de mon humeur et de mes envies : elle est pas belle la vie ?

Images: © Soleil - Istin / Debois / Minguez

Toujours dans cette même collection, tu as scénarisé le livre second des « Contes de

Brocéliande » avec l’aide d’un collectif de dessinateur. Comment se passe ce genre de collaboration et de quelle manière vous répartissez vous le travail ?
JL est donc le directeur de cette collection. Comment s'est fait votre rencontre ?


J’ai adoré travaillé sur les Contes de Brocéliande, car ces collectifs m’ont donné l’opportunité de travailler avec des artistes avec qui nous avons par la suite monter des projets beaucoup plus ambitieux : Stéphane Bileau, avec qui je travaille sur la Quête du Graal et Mika, avec qui je développe Larmes de Fée.
Comme nous avons tous bénéficié sur ces albums d’un soutien prononcé de Jean-Luc en termes de scénario et de graphisme, ils ont constitué la meilleure école dont je pouvais rêver.
En plus, j’aime beaucoup le format d’histoire entre 10 et 15 pages : c’est un vrai exercice de style qui est effrayant et très séduisant à la fois.

Tout ça annonce une bonne année pour François Debois ! Mais revenons en à tes albums déjà publiés. Oxygène par exemple, une série qui aborde le thème de l’écologie, c’est un sujet qui te tient à cœur ?

Oui, car je pratique le surf des mers depuis plus de quinze ans maintenant en France et dans le reste du monde, et je suis de plus en plus terrifié par le niveau de pollution de l’eau. Le non-respect du protocole de Kyoto par les US est quelque chose de très préoccupant pour moi.


Images: © Soleil - Debois - Gallot


Lorsque l’on regarde la couverture et que l’on découvre le style de Julien Gallot (le dessinateur), on pencherait pour un album jeunesse. Pourtant, à sa lecture, on découvre un scénario riche et complexe. Quel public visais tu lors de la création du scénario ?

Merci pour le « scénario riche », ça fait plaisir ! A la base, nous avions l’envie avec Julien de faire un album grand public, sur un ton plus poétique que violent, un peu comme un film de Miyazaki. Le fait que l’héroïne soit une enfant a positionné très rapidement l’album en jeunesse, et nous avons perdu beaucoup de lecteurs adultes potentiels sur cette série.

Combien de tomes sont prévus ?

A l’origine 4, mais nous réfléchissons au fait de faire un troisième tome plus dense pour clôturer l’histoire.
Nous avons clairement défini dès le début avec Julien la manière dont se terminerait la série et j’ai développé un synopsis très détaillé de chaque tome, donc nous espérons que les lecteurs nous suivront !

On va passer à ta dernière série en date, Héro Academy. Dernièrement Soleil a lancé sa nouvelle collection intitulée NG, pour Nouvelle Génération. Tu fais donc parti de ces auteurs qui se sont lancés dans l’aventure. Tu peux nous en dire plus sur cette collection et surtout ce qui t’a poussé à y participer ?

C’est toute une histoire. A la base, Hero Academy était prévu pour la collection Start, la collection NG n’existant pas. Nous avons donc développé la série dans cette optique (ce qui explique que le tome 1 fasse 46 pages, contrairement aux 44 des autres séries). Quand Laurent Duvault a lancé la collection NG, Soleil nous a proposé de nous y associer, ce qui nous a semblé être une très bonne idée.


Si tu devais résumer H.A. que dirais tu ?

« Super-heroism meets pop culture ».

La grande question sur Héro Academy est bien entendu le dessin de Carlos Javier Olivares dont le style ressemble beaucoup à Jamie Hewlett le dessinateur de « Gorillaz ». Du coup, beaucoup de personnes me demandent si ce n’est pas lui qui a réalisé cet album. Je leur explique que non bien sur et là les remarques fusent : C’est du copié/collé etc… Ce choix était il voulu et t’attendais tu à ce genre de remarques ?

En fait, Carlos est capable de travailler dans des styles graphiques assez différents. J’ai notamment eu la chance de lire ses premiers travaux, des adaptations parodiques de films comme Predator, Aliens…dans un style beaucoup plus rond et manga-diformed.
Lorsque j’ai vu les premiers travaux de Carlos, c’était des essais pour un comic-book de super-héros pour DC Comics. C’était beaucoup moins Gorillaz-style, mais suffisamment punchy et accrocheur pour me donner envie de lancer la Hero-Academy avec lui ! Les premiers designs de Hero sont ensuite arrivés, et Carlos a pris le parti d’adopter une approche très « graphique » des persos et de la narration.
J’imaginais qu’il y aurait des remarques, mais pas que ces dernières seraient formulées avec tant de virulence ! En tant que lecteur de comics, j’ai vraiment été habitué à découvrir des écoles de styles, des années 60 à nos jours, et cela ne m’a jamais choqué. Disons que ça a été ma claque du marché franco-belge ! J’espère seulement que les lecteurs apprécieront la fraîcheur de certaines pages de l’album. Pour ma part, j’ai adoré !

Petite pause visuelle ! Attention aux yeux !


Images: © C.J. Olivares

Héro Academy devrait être adapté en dessin animé. Feras tu partis de l’équipe qui le réalisera ?

Oui. Je co-écris actuellement la bible du dessin animé avec Didier Lejeune, qui est un auteur confirmé de l’univers des cartoons. Cela me permet de découvrir un monde très différent de celui de la BD, et de travailler en équipe !

 
Prochainement deux autres séries dont tu es le scénariste vont prendre place sur les étagères des librairies ; Larmes de Fée et La quête du Graal. Tu nous fais une petite promotion de ces 2 titres ?

Larmes de Fée est une série en 3 tomes qui se déroule fin 19ème siècle en Bretagne. Une femme de marin perd son mari en mer, et cherche à comprendre ce qui a provoqué le naufrage de son bateau. Cela va l’amener à côtoyer les créatures qui peuplent l’univers de féerie...

La Quête du Graal est une série épique, avec de l’émotion et de l’aventure ! L’idée de base était de revisiter le mythe arthurien en tirant des ficelles plus celtiques que chrétiennes

Images: © Soleil - Debois / Mika

Je sais par certains de tes dessinateurs que tu dessines et plutôt bien même ! Alors à quand un album où l’on verra François Debois au crayon et pourquoi pas au scénario également ?


Qui m’a vendu ? Je suis sûr que c’est Plop !
Je dessinerai dans un avenir proche un album qui sera dans la veine de Blame de Nihei. Par contre, je pense qu’il n’y aura pas un seul texte ! Ça peut sembler paradoxal pour un scénariste, mais j’adore les albums très axés narration visuelle, travaillant sur la suggestion des émotions des personnages plus que sur leur explicitation.

As-tu des projets en vue dont tu aimerais nous parler ?


Je travaille actuellement sur deux nouveaux projets pour Soleil. Un avec Emiliano Zarcone, un italien, qui s’intitule l’Horloger. Ce sera un polar steampunk sur lequel je me régale en ce moment.
L’autre, Greenworld, sera en collaboration avec Gabriel Lopez et Dani Suarez. C’est un space-opéra écologique !
Et puis j’ai deux autres projets en préparation dont je ne peux pas encore parler…


Une question d’ordre général, comment abordes-tu l'écriture d'une bande dessinée, comment structures-tu tes histoires ?

A la base, beaucoup d’échanges avec les dessinateurs pour déterminer leurs univers graphiques de prédilection, leurs envies…Ensuite, une fois que je suis clair dans ma tête sur le concept de la série, je rédige un synopsis de 6 à 8 pages décrivant séquence par séquence ce qui se passe dans l’album.
C’est ce synopsis qui va me servir de base pour le découpage page par page, le travail le plus laborieux mais aussi le plus étonnant, car les persos commencent à prendre leur vie propre, et leurs actions chamboulent parfois le synopsis initial !
En ce qui me concerne, j’ai beaucoup de mal à pondre une première version « propre ». J’ai donc l’habitude de lâcher mes idées, et de retoucher plusieurs fois mes textes pour peaufiner un découpage, un dialogue…J’essaye donc d’avoir toujours au moins deux mois d’avance sur les dessinateurs avec qui je travaille pour me laisser du temps pour au moins 4 relectures !


Quels conseils donnerais-tu à ceux d’entre-nous qui souhaiteraient se lancer dans le monde de la bande dessinée et plus particulièrement dans le métier de scénariste ?


Travailler, travailler, travailler.
J’ai dû jeter la moitié des scénars complet sur lesquels j’ai travaillé, alors qu’ils étaient parfois entièrement découpés et dialogués. Il faut donc accepter de se remettre en question pour apprendre. La meilleure manière pour moi de le faire est de montrer ses travaux aux autres et accepter leurs critiques, mêmes quand elles nous font souffrir (se dissocier de son travail scénaristique ou graphique est toujours difficile !).

Quelle est la question que tu aurais aimé que je te pose ?

Quelle musique écoutes-tu quand tu écris ? (car l’ambiance musicale est déterminante pour mon conditionnement avant d’écrire !)
Archive, Explosions in the sky, Dead Can Dance, Sonic Youth, Radiohead, Cocteau Twins.
Images: © Soleil - Debois / Bileau
Tes dernières lectures ?

Dans les bois éternels, de Fred Vargas.
La Tour Sombre, de Stephen King.
Le prophète, de Khalil Gibran.

Un petit mot sur la percée du manga en France ces dernières années ?

Il y a plusieurs manga dont je suis littéralement fan : Homonculus, 20th Century Boys, Monster, Planètes. Je pense qu’ils vont continuer à enrichir la manière dont on conçoit la BD, notamment en termes de narration.

Si tu devais nous faire découvrir des blogs ou sites d’auteurs, lesquels choisirais-tu ?

En priorité celui-là ! A découvrir d'urgence !
 

Et pour finir la question traditionnelle, un petit mot pour le blog Mo’re BD ?

Mo’re BD, c’est un concentré de bon jus de cerveau, à consommer sans modération !

Merci beaucoup François !

Merci à toi, Mo’ !


Et pour finir cette interview, voici un petit cadeau de la part de François, une planche de "Héro Academy" tome 2


Images: © Soleil - Debois / Olivares / Suarez




Retrouvez François Debois sur son blog

http://fdebois.over-blog.com/

Publié dans Interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FlOw 12/08/2006 23:21

de rien ! merci d'être allé faire un tour sur mon humble espace ( héhé mais là y'a rien, je suis en vacances ! )
sinon, j'ai toujours pas mis la main sur cette BD ... arg !
a plus !

Mo' 13/08/2006 13:08

;)

FlOw 30/07/2006 14:52

excellente cette interview !
étant moi même très branchée JC Hewlett j\\\'avais aussi remarqué des ressemblances dans hero academy, mais au contraire ça m\\\'a plutôt donné envie de lire la BD ! je trouve le graphisme frais et agréable, et les décors restent quand même personnels, je trouve ...
très bon blog
a plus !

Mo' 03/08/2006 19:16

Hello Flow ! Un grand merci pour l'interview ! Ca me fait plaisir d'avoir des remontées comme celle-ci ;)JE vais aller jeter un coup d'oeil sur ton blog mais je crois déjà te connaitre ! Et à mon souvenir, ca dépote pas mal par chez toi ;)Merci Mo'

fauve 10/07/2006 00:28

Merci pour cette interview Mo même si je l'ai lu sur le forum de Baywin c'est du bon boulot et c'est toujours bon dans savoir plus ^^

Mo' 11/07/2006 22:50

Merci Fauve !!!

LU-K 21/06/2006 14:56

c'est bôôôôôô, je ne connaissais pas cet auteur, mais j'adore son trait

Mo' 22/06/2006 23:42

Ah bah ca c'est le style d'Olivares ;) Et c'est vrai que ca dépote bien !!!Mo'

Vega 20/06/2006 23:07

Super-Mo'!!! lol
ça donne vraiment envie de lire tout ça...on en veut pleins d'autres!! et bravo à François pour son travail!

Mo' 21/06/2006 13:19

Bah tu nous en dira des nouvelles une fois que tu auras terminé e 1er tome ;)